Suisse: les médecins se formeront à la médecine complémentaire

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les médecins doivent se former à la médecine complémentaire et voir la médecine de premier recours mieux intégrée à leur cursus d’étude. Le Conseil fédéral a mis mercredi en consultation jusqu’au 28 octobre une révision de la loi sur les professions médicales.

La prise en compte de la médecine complémentaire est liée à l’adoption de l’initiative «oui aux médecines complémentaires» et la réintroduction de cinq médecines douces dans le catalogue des prestations remboursées par l’assurance maladie obligatoire. Les objectifs de formation des professionnels de la médecine doivent être adaptés en conséquence.

Lire la suite...

Medecines Douces: pas si douces...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Parce qu’ils les considèrent comme dénuées de toxicité, les malades recourent avec tranquillité aux médecines douces. Une pratique qui appelle à quelque prudence.

« 40 % des utilisateurs de l’homéopathie, relate le Dr Bernard Chemouny dans Le Guide de l’homéopathie, pratiquent l’automédication, soit de leur propre initiative, soit sur les conseils de l’entourage. » Ce chiffre va de pair avec le palmarès de l’Afipa (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable), indiquant que les laboratoires Boiron figurent parmi les dix meilleures entreprises (en termes de chiffres d’affaires réalisés) vendant des médicaments à prescription facultative. « Pour ma part, convient le Dr Serge Rafal, exerçant à l’Hôpital Tenon de Paris et auteur de nombreux ouvrages sur les médecines naturelles, je considère l’homéopathie comme sans danger.

Lire la suite...

L'oeil, reflet de la santé. Revue Santé Intégrative. Dr Bernard ROSA

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

À travers les proverbes, l’inconscient collectif considère les yeux comme un miroir de l’âme, et le scientifique les voit comme de véritables fenêtres lui permettant d’observer le cerveau. Reflèteraient-ils la santé ?

En 1727, le chirurgien français F. Pourfour du Petit remet à l’académie royale un Mémoire dans lequel il est démontré que « les nerfs intercostaux fournissent des rameaux qui portent des esprits dans les yeux ». Il y remarque, « par quantité d’expériences faites sur les animaux vivants que l’excitation des nerfs intercostaux fait devenir les yeux plus brillants, plus vifs et plus éveillés et les pupilles plus dilatées. La section de l’un de ces nerfs amène une constriction pupillaire, un retrait du globe de l’œil correspondant et une saillie de la troisième paupière qui s’avance au devant de l’œil. De plus, elle provoque des troubles trophiques oculaires, un affaissement de la cornée et une hyperhémie de la conjonctive » qu’il attribue « à une légère inflammation de la conjonctive par le gonflement des vaisseaux ». Du même côté s’y ajoutent un larmoiement, une baisse de la tension oculaire, une érection des poils, une pâleur du visage et du cou par vasoconstriction et un excès local de sudation ou hyperhydrose.

Lire la suite...

Tags:

Qu’est-ce que la médecine environnementale ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Par Philippe IRIGARAY - Christine CAMPAGNAC

Santé Intégrative n°40

À l’heure où l’humanité doit faire face à des fléaux de santé publique inédits et d’une nouvelle ampleur, dans lesquels le rôle des facteurs environnementaux est aujourd’hui largement mis en évidence par de nombreuses études scientifiques, la médecine environnementale trouve toute sa place aux côtés de l’approche médicale classique.

DÉFINITION

Le concept de médecine environnementale est d’abord né aux Etats-Unis, en 1962, sous l’impulsion de l’allergologue Theron G. Randolph qui a parfaitement décrit le syndrome de sensibilité multiple aux produits chimiques ou multiple chemical sensitivity (MCS).

Lire la suite...

Les tendinites chez le basketteur

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Exemple d'un basketteur professionnel

Par Jean-Romain FOY, préparateur physique & manager du CIPPSPORT, il a collaboré avec Alain Weisz (ex coach de l'équipe de France de basket) dans le suivi de basketteurs professionnels (HTV pro A).
Florent Tortosa est un ancien basketteur du HTV pro A et de l'équipe de France espoir coaché par le CIPPSPORT.

Bonjour Florent, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Lire la suite...

Cancer et médecines complémentaires

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En Europe, 36 % des malades atteints de cancers ont recours aux médecines complémentaires et alternatives. C’est ce que révèle une récente étude menée dans 14 pays, principalement européens, et publiée dans Annals of Oncology (1). Une réalité qu’il devient impossible d’ignorer !

Notre dernier hors-série sur Cancer et médecines complémentaires (2) le notait déjà : les médecines non conventionnelles sont de plus en plus utilisées par les malades. Selon le Dr Jean-Marie Dilhuydy, radiothérapeute à Bordeaux, ” aux États-Unis, cet usage concerne 70 à 80 % de la population “(3).

956 patients atteints de cancer ont été interrogés par questionnaire par le Dr Alexander Molassiotis et ses correspondants.

Lire la suite...

Médecines alternatives: Entretien avec le Dr Alexander Molassiotis

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

" Ne pas émettre de jugement "

Le Dr Alexander Molassiotis, professeur d’université à Manchester (Royaume-Uni), auteur de l’étude publiée dans Annals of Oncology , a répondu, en avant-première, à nos questions.

A. S : Pourquoi en êtes-vous venu à vous intéresser aux médecines complémentaires ?

Dr A. Molassiotis : Il y a quelques années, je travaillais à Hong Kong auprès de malades cancéreux, et je trouvais frustrant notre incapacité à les aider, à maîtriser leurs symptômes ainsi que les effets secondaires des traitements. Vivant dans un contexte oriental, où la médecine traditionnelle chinoise côtoie la médecine orthodoxe, j’eus l’occasion de m’intéresser à d’autres façons de considérer mon travail. Très intrigué par quelques résultats positifs surprenants et ayant personnellement essayé l’acupuncture pour des problèmes de santé, j’ai décidé d’étudier soigneusement cela. J’ai appris l’acupuncture et l’usage des plantes. À mon retour en Angleterre, j’ai essayé d’intégrer ces connaissances dans ma pratique auprès des malades.

Lire la suite...

Laurent Gounelle : "le mendiant de l’amour"

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

J’avais déjà eu le plaisir de m’entretenir avec Laurent Gounelle lors de la parution de son premier livre L’homme qui voulait être heureux. Un ouvrage exceptionnel que je conseille à mes patients lorsqu’ils cherchent à donner un sens à leur vie.

Laurent a écrit depuis Les Dieux voyagent toujours incognito (l’histoire d’un homme qui se retrouve contraint de faire ce qu’il n’aurait jamais osé entreprendre mais dont il rêvait secrètement) et Le philosophe qui n’était pas sage qui vient de paraître dans une co-édition Plon et Kero.

Il s’agit d’une aventure, dans la lignée des ouvrages précédents : un mélange harmonieux de roman, de développement personnel et de philosophie compréhensible par tous. L’auteur se sert de cette histoire de manipulation d’un peuple par des hommes venus de la "civilisation" pour nous proposer une parabole en forme de critique de notre société actuelle.

Alain Giraud : Pourquoi avoir écrit ce troisième livre sous forme de roman ?

Lire la suite...

Intolérance alimentaire, ne comptez pas sur la biologie

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La constipation est un signe clinique qui doit aussi faire évoquer une intolérance alimentaire. Le rapport de causalité a été démontré pour les produits laitiers, et en particulier le lactose. Le lien est maintenant possible pour de très diverses intolérances alimentaires comme le gluten, divers glucides plus ou moins complexes (FODMAP) et probablement toutes sortes d’aliments (2,3,4). La présence d’hémorroïdes récidivantes ou de signes cliniques non digestifs évocateurs doivent y faire penser.

Lire la suite...

Médecine intégrative : Rencontre avec le Dr Calame

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Quelques questions au Docteur Nathalie Calame, médecin intégratif au Centre de Santé et Prévention de Colombier, Suisse.


Dr Nathalie Geetha Babouraj : Médecine intégrative et Dr Nathalie Calame : quelle connexion? qu'est-ce qui t'a inspiré au début de ta carrière, les limites de ta formation conventionnelle, l'envie de travailler en équipe ?

Dr Nathalie Calame : Depuis le début de mes études en médecine, j’ai eu le besoin et l’intérêt de connaître d’autres langages médicaux, d’autres visions et systèmes de référence que celui de la médecine conventionnelle moderne occidentale. Je me sentais en danger de me faire mettre des oeillères, de me conformer à un point de vue unique, et cela ne me convenait pas. J’ai donc déjà pendant mes études de médecine à Lausanne, suivi des cours de massage, d’acupuncture, de naturopathie, d’homéopathie, et fait personnellement l’expérience de plusieurs méthodes thérapeutiques. J’ai également collaboré avec un collectif de thérapeutes bénévoles au suivi d’un lieu de vie pour enfants autistes, je me suis donc aussi intéressée aux courants psychanalytiques et à l’antipsychiatrie dans les années 70. Puis j’ai eu la chance de pouvoir aller rencontrer des médecins traditionnels au Japon, en Inde, en Chine, avant l’âge de trente ans et d’être enseignée par eux.

Lire la suite...