Intolérance alimentaire, ne comptez pas sur la biologie

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La constipation est un signe clinique qui doit aussi faire évoquer une intolérance alimentaire. Le rapport de causalité a été démontré pour les produits laitiers, et en particulier le lactose. Le lien est maintenant possible pour de très diverses intolérances alimentaires comme le gluten, divers glucides plus ou moins complexes (FODMAP) et probablement toutes sortes d’aliments (2,3,4). La présence d’hémorroïdes récidivantes ou de signes cliniques non digestifs évocateurs doivent y faire penser.

 

La complexité du diagnostic a plusieurs causes :


Les intolérances sont en général multiples. Le fait de supprimer un seul type d’aliment pendant quelques jours est donc en général insuffisant pour bien identifier l’aliment
non toléré. Les tests biologiques d’intolérances alimentaires sont peu performants.


1. Le dosage des IgG alimentaires n’a aucun intérêt car il présente environ 30 % de faux positifs et 30 % de faux négatifs. Des études ont d’ailleurs démontré l’inutilité de ces tests en faisant une étude à l’aveugle (5) ou en étudiant leur présence chez des personnes connaissant leur intolérance ou leur tolérance au lait (6). Je pense que la poursuite de la pratique de ces tests avec les données scientifiques existantes est une erreur et une faute médicale.


2. Pour les allergies immédiates avec urticaire ou malaise, un allergologue peut aider au diagnostic avec des tests cutanés ou le dosage des IgE spécifiques. Mais la négativité des tests ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’allergie, de même que leur positivité ne signifie pas que l’aliment incriminé soit responsable des symptômes. Il faut de toute façon compléter l’enquête avec une épreuve d’éviction puis de réintroduction sous surveillance médicale.


3. L’avenir pourrait se trouver dans des tests dits de transformation lymphoblastique plus performants mais qui n’explorent que la voie immunologique. Par ailleurs, leur coût relativement élevé, 30 à 50€ par aliment limite leur utilisation en pratique courante.


4. C’est seulement dans la maladie coeliaque, une forme particulière d’intolérance au gluten que les examens biologiques et les biopsies du duodénum permettent de confirmer le diagnostic. Beaucoup de patients "coeliaques" ont d’autres intolérances alimentaires à identifier.