Suisse: les médecins se formeront à la médecine complémentaire

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les médecins doivent se former à la médecine complémentaire et voir la médecine de premier recours mieux intégrée à leur cursus d’étude. Le Conseil fédéral a mis mercredi en consultation jusqu’au 28 octobre une révision de la loi sur les professions médicales.

La prise en compte de la médecine complémentaire est liée à l’adoption de l’initiative «oui aux médecines complémentaires» et la réintroduction de cinq médecines douces dans le catalogue des prestations remboursées par l’assurance maladie obligatoire. Les objectifs de formation des professionnels de la médecine doivent être adaptés en conséquence.

Les étudiants ayant obtenu leur diplôme universitaire devront également mieux connaître les tâches et fonctions des professions de la médecine de premier recours. Le projet en consultation prévoit d’en faire un objectif pédagogique.

Le texte met aussi un nouvel accent sur la communication des soignants. Les technologie de l’information prenant une place croissante dans le quotidien du personnel médical et contribuant au succès des traitements, ces professionnels doivent être sensibilisés à la relation médecin-patient et à l’utilisation des données médicales. Un approfondissement est prévu au niveau postgrade.

Diplômes étrangers

Le projet adapte aussi les conditions de reconnaissance des diplômes et des titres postgrades étrangers ainsi que l’exercice de la profession. Il s’agit de reprendre la jurisprudence actuelle sur la reconnaissance mutuelle des diplômes entre la Suisse et l’UE, comme le veut l’accord sur la libre circulation des personnes.