Auriculothérapie. Dr Yves Rouxeville

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Tenter de soulager une douleur, et si possible la guérir, est l’un des premiers devoirs des soignants ; c’est aussi l’une de leurs plus nobles tâches. Les traitements réflexes, c’est-à-dire compris comme utilisant en priorité la voie nerveuse, sont connus pour avoir de tels effets. Ils couvrent plusieurs champs : depuis la médecine manuelle-ostéopathie au massage, en passant par l’acupuncture au sens large (qui comprend l’auriculothérapie). Ainsi, chaque sorte de praticien dispose de ses propres armes thérapeutiques.

La rencontre entre une personne douloureuse, qui présente une sensation désagréable (à connotation corporelle) ou souffrante (à connotation psychique) et un praticien, est le moment où le patient confronte sa douleur avec les douleurs éventuelles vécues dans le passé. La représentation mentale implique également le pronostic. L’essentiel n’est pas de philosopher : l’objectif des soins est de rendre la douleur supportable, si possible qu’elle soit non perçue.

L’outil essentiel reconnu pour évaluer la douleur est l’échelle visuelle analogique (E.V.A.). Il est bon de tenir compte de la sensibilité psycho-émotionnelle, de la compréhension culturelle ou ethnique, et des priorités existentielles, ce qui permettra une prise en charge aussi complète que possible, surtout dans la douleur chronique. Pour les cas aigus, il en sera différent puisque la priorité est l’objectif antalgique à court terme.


Quelle est l'opinion sur l’effet antalgique de l'auriculothérapie ?


Il y a quinze ans, nous avions enquêté sur l’expérience des praticiens : la douleur est en tête dans les quatre premiers items sur les dix reconnus : pathologie douloureuse du rachis (46), névralgies (42), arthrose (38), pathologie douloureuse des membres (36). Il y a quatre mois, le collège international d’experts AMATA a émis un avis sur 57 items. Il a reconnu à 80 % l’effet excellent de l’auriculothérapie dans la lombalgie, dans l’angoisse et l’anxiété, et
dans un moindre degré dans la cervicalgie. Les malades et la patientèle sont un vrai soutien de la méthode. Leur avis est important, car ils ont vécu l’auriculothérapie pour et
en eux-mêmes. Comme d’autres médecines non conventionnelles, l’efficacité de l’auriculothérapie a été évaluée par l’unité 669 de l’INSERM. C’est à ce jour l’évaluation médicale le plus aboutie. Il s’agit d’un véritable audit, contrôlé et vérifié, pour lequel tous les experts connus ont été sollicités. Ce rapport explique la méthode et analyse les E.C.R. de la meilleure qualité méthodologique connus au plan mondial. L’INSERM conclut au bénéfice de l’acupuncture auriculaire utilisée comme méthode adjonctive de traitement (versus acupuncture auriculaire placebo) dans la douleur per opératoire et dans l’anxiété pré-opératoire.

L’Auriculothérapie est une thérapeutique

il s’agit de la pose d’aiguilles sur les points déterminés du pavillon de l’oreille. Ce peut être des aiguilles d’acupuncture (stériles et à usage unique) posées pendant 5 à 30 mn, ou des aiguilles semi-permanentes placées pendant quelques jours à quelques semaines. Ce traitement peut être appliqué une fois le diagnostic effectué : diagnostic élaboré à la suite d’un interrogatoire et d’un examen médical. Cette phase classique sera complétée par un diagnostic auriculaire : la recherche des points d’oreille sensibles à une pression appropriée, et si possible avec contrôle instrumental (détecteur électrique différentiel).
En dehors des aiguilles, dont la pose légale relève des seules personnes habilitées à l’effraction cutanée, il existe d’autres possibilités de soins (électricité, Laser, infrarouge, pressions) que peuvent pratiquer les membres du corps médical comme les auxiliaires médicaux (dans le cadre de leur compétence).
Alors qu’en acupuncture les points sont réputés être des témoins toujours présents, qui traduiraient l’état de veille permanent du système nerveux périphérique, on observe que les zones ponctuelles dites points d’oreille ne sont reconnuesqu’en cas de situation ou de trouble pathologique organique ou fonctionnel.