Addict, accro au sexe, pervers : l'actualité impose l'explication de texte.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Paris, le mardi 17 mai 2011 – L’arrestation et l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn a laissé la majorité des Français dans un état de stupéfaction que ne fait que renforcer le déchaînement médiatique de ces derniers jours. Parmi les multiples commentaires et analyses qu’a déjà entraîné l’affaire, nombreux sont ceux qui renvoient à des notions parfois bien mal définies et très différentes.

Ainsi, le directeur du Fonds monétaire international (FMI) est-il tour à tour décrit comme un séducteur ou un « addict au sexe ». Des termes qui renvoient pourtant à des réalités très différentes et qui ne permettent nullement « d’expliquer » l’éventualité d’une agression sexuelle. Aussi, au-delà du cas particulier de l’homme politique, les interventions des psychiatres se multiplient dans les journaux pour tenter de préciser « la chose ».



Séducteur pathologique : des chasseurs

Si la séduction fait partie de la vie de la plupart d’entre nous (qu’elle s’exerce dans les rapports amoureux ou dans la vie sociale en général), la « séduction pathologique » peut être considérée comme une forme clinique particulière de l’addiction sexuelle, comme le précise Laurent Karila psychiatre spécialiste des addictions à l’hôpital Paul Brousse interrogé par le Nouvel Observateur. Les personnes atteintes de « séduction pathologique » « sont des chasseurs ou des chasseuses, ils cherchent des partenaires et ce n’est pas forcément le passage à l’acte qui compte c’est la chasse. Chez les séducteurs pathologiques, autrui devient un objet qui fait office de drogue, que l'on utilise avant de jeter. Ce qui est excitant, c'est de trouver cet objet, qui va soulager les angoisses, la tension dépressive. Ceux sont des personnes en grande souffrance psychologique. Il y a aussi des séducteurs compulsifs avec passage à l'acte sexuel, mais pas de type agression sexuelle. La personne en face est séduite. L'addict fait l'amour avec elle. Et une fois ce rapport terminé, c'est fini », décrit-il.

Tags: