L'Hypnose et la Douleur. Par Laurent GROSS Hypnothérapeute. Cabinet Hypnose, EMDR à Paris

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L'apport de l’hypnose clinique dans le cadre de la douleur chronique et de la douleur aiguë nous montre aujourd'hui l'importance de cet outil thérapeutique de 1er ordre.

Longtemps décriée, l’hypnose a acquis ses lettres de noblesse et a trouvé une place légitime dans les hôpitaux et les cliniques.

Au cours des consultations d'hypnose ericksonienne, nous apprenons au patient la pratique de l'auto-hypnose, pour lui permettre de gérer, de réguler la perception douloureuse et de lui redonner le pouvoir sur son trouble et donc une certaine autonomie.

Le Dr Jean GODIN écrivait dans son livre "La Nouvelle Hypnose" :"L'hypnose traditionnelle, assimilée à la suggestion qui a vite fait l'objet de réticences de la part des praticiens et des patients, a été profondément repensée par les chercheurs contemporains. Psychiatre américain, Milton Erickson, en particulier, en a élaboré une nouvelle conceptualisation.

Privilégiant le fonctionnement inconscient, la nouvelle hypnose utilise le langage pour mettre en route des chaînes d'associations psychologiques et ainsi mobiliser des structures psychiques jusqu'alors figées.

Contrairement à l'hypnose traditionnelle qui se contentait de prendre les symptômes de front en suggérant des comportements inverses, elle suscite de véritables réaménagements psychologiques permettant de faire l'économie des symptômes."

Grâce à l'hypnose, le patient va trouver la capacité de modifier des perceptions, et la capacité de contrôler des fonctions physiologiques habituellement involontaires.