Vitamine B12 : traiter la fatigue, prévenir la démence

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le syndrome de fatigue chronique est une affection complexe dont les origines ou les facteurs aggravants sont multiples. Le symptôme principal est une intolérance majeure à l’effort physique et mental avec une sensation de malaise après effort et un temps de récupération anormalement long.

La vitamine B12 fait partie des voies à systématiquement explorer dans le syndrome de fatigue chronique (SFC) et probablement aussi dans de nombreuses autres affections. Son déficit est très sous-estimé en raison de l’utilisation d’un test biologique obsolète et de normales biologiques mal déterminées. Grâce à une nouvelle technique d’évaluation, une meilleure prise en charge et un diagnostic précis sont désormais possibles. Tous les documents consensuels internationaux recommandent son dosage dans le cadre du bilan d’un patient souffrant de SFC.

Bien que ce dosage soit souvent normal, des patients souffrant de syndrome de fatigue chronique décrivent une amélioration parfois spectaculaire après un traitement par injection de B12. Conscient du décalage entre le résultat en général normal du dosage de la vitamine B12 et ces résultats surprenants, le livret de recommandation récemment publié par l’Association Internationale sur le Syndrome de Fatigue Chronique propose de recourir à « une injection intramusculaire hebdomadaire de 1000 μg de vitamine B12 pendant 6 semaines voir plus » pour tester son efficacité. Aucune étude scientifique n’a validé ce protocole. Il est jugé largement insuffisant par les plus grands adeptes de la B12.

La vitamine B12 est un véritable problème de santé publique 

La normale établie par les laboratoires français se situe entre 100 et 600 pmol/l. Depuis 1995, plusieurs études montrent qu’une grande partie des patients dont le dosage se situe entre 100 et 300 pmol/l sont en manque de B12 (1,2,3,4,5,6). En utilisant la technique traditionnelle de dosage de la vitamine B12, une étude américaine de 2012 (7) montre que les patients ayant un taux inférieur à 260 pmol/l présentent déjà des signes neurologiques (hypersensibilité à la lumière, au toucher et des troubles de la conduction neurologique). Ce taux bas concerne 17% de la population selon leurs statistiques épidémiologiques. Hermann et al estiment que 45 % des patients déficitaires en B12 ne sont pas diagnostiqués si l’on ne se base que sur le test standard de la B12. Il faut ajouter à ces 45 % le grand pourcentage de patients auxquels on ne dose même pas la B12 ! En France, 15 à 20 % de la population est probablement en déficit en B12 avec un risque important de démence, souvent confondue avec la maladie d’Alzheimer.

À quoi sert la B12 ?

La vitamine B12 participe à la synthèse de neuromédiateurs,  au maintien de l'intégrité du système nerveux et au métabolisme des cellules. Elle est particulièrement nécessaire à la fabrication des globules rouges. On lui attribue des propriétés antalgiques, anti-allergiques et antidépresseurs.