Pourquoi le shiatsu est-il une réponse indiquée aux problèmes de dos ? Claire LISIECKI, Praticienne Shiatsu

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Il existe différentes formes de shiatsu. Celle qui nous intéresse, la plus répandue en Europe, est le shiatsu Masunaga. Il intègre la dimension énergétique et la théorie des méridiens (ceux de l’acupuncture) issue de la médecine traditionnelle chinoise, dont l’origine reste une énigme mais date d’il y a environ trois mille ans.Technique récente, le shiatsu n’a été reconnu officiellement comme médecine à part entière par le ministère japonais de la Santé qu’en 1955. En ce qui concerne la France, le parlement européen a voté une résolution, le 29 mai 1997, reconnaissant le shiatsu comme l’une des huit méthodes de médecine complémentaire « digne d’intérêt ».

Cet article propose d’éclairer le lecteur sur les mécanismes mis en cause dans le traitement promulgué par le praticien afin d’expliciter en quoi le shiatsu est une réponse indiquée aux problèmes de dos. Il vise également à étendre cet éclairage aux problèmes corporels en général, dès lors que ces derniers se trouvent étroitement liés aux questions psychosomatiques (corps et esprit).

L'homme est le seul mammifère dont le dos est droit, la posture verticale. Les pieds posés au sol, il peut lever la tête et regarder le ciel. Debout ou même assis, il est porté par sa colonne vertébrale, soutien de toute sa structure élancée vers le ciel. Cette colonne est comme le mât d'un bateau fiché entre les hanches- la ceinture pelvienne-, doté d'une grande vergue transversale-la ceinture scapulaire formée par les deux épaules- et maintenue par des haubans -les ligaments et les muscles-. La colonne est le premier reflet de la posture générale, et présente, chez un individu équilibré, des courbures naturelles qui lui permettent sa mobilité. Elle lui sert de repère, de référentiel interne. Elle est ce lieu où s'inscrivent ses libérations, ses accomplissements successifs, mais aussi ses blocages, ses peurs, ses refus.

Le dos dans son ensemble est protection, bouclier (ne dit-on pas « je tourne le dos », « faire le gros dos »..) mais parfois le « j'en ai plein le dos » l'emporte, s'exacerbe et devient source de malaises. Il emmagasine et cristallise alors les diverses tensions qui nous traversent, avec pour résultat des raideurs et des douleurs musculaires.

Du point de vue physiologique, on retrouve certains profils concernés : les travailleurs appelés à porter de lourdes charges, ceux qui passent de longues heures en position assise ou debout, ceux qui doivent se pencher en avant ou effectuer des torsions latérales du torse. L'absence d'exercice, la sédentarité, le stress prolongé, l'excès de travail en tension (les heures passées devant un ordinateur dans une mauvaise position), le port de hauts talons, qui obligent l'os de la hanche à se porter en avant pour équilibrer le corps et, par effet de « dominos », provoquent des tensions dans l'épine dorsale jusque dans les cervicales, sont quelques exemples parmi d'autres susceptibles de provoquer des douleurs dorsales.

Le shiatsu peut être d'une aide certaine : sa capacité à soigner les maux du corps et de l'esprit, sa vision holistique du soin apporté s'adapte à la complexité de nos problèmes de dos. Le « recevoir » équilibre le système neurovégétatif et procure une grande détente.

Le praticien en shiatsu commencera sa séance par un entretien qui lui permettra de faire un premier bilan énergétique, de reconnaître les contre-indications concernant sa pratique (lésions ouvertes, malformations graves,..). L'hygiène de vie sera examinée, et des conseils éventuellement donnés.

Ensuite suivra le travail sur le corps, séries de pressions des doigts et paumes des mains sur le dos, étirements profonds, stimulation des points d'acupuncture. Il s’agira de rétablir la circulation de l’énergie (appelée « ki » au Japon) dans les méridiens.

 Pour les douleurs dorsales, le méridien de la Vessie, le plus long de tous, et qui longe la colonne vertébrale sur deux bandes parallèles, jouera un rôle essentiel. Les appuis réguliers et profonds du praticien stimuleront les nerfs rachidiens qui sont reliés à tous les organes internes. Chaque point traité aura une influence directe sur l'alimentation en énergie des autres méridiens. La détente profonde induite par le shiatsu du dos aura un effet très positif sur le système nerveux comme sur l'équilibre mécanique et structurel de la personne souffrante.

Les effets du shiatsu se prolongent au-delà de la séance. Le rééquilibrage énergétique mis en route par la pratique se poursuit pendant quelques jours. Une certaine fatigue, ou au contraire un regain de vitalité sont des réactions possibles. La fatigue doit être perçue de manière positive, comme signant une élimination de toxines, mais ne doit pas se prolonger au-delà de deux jours.

Claire LISIECKI

Tags: