Ennéagramme: un outil pour l'évolution de la conscience. 2ème interview d'Eric SALMON

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Nous avons vu la dernière fois la description des neuf bases de l'ennéagramme, typologie structurant la psyché humaine en neuf personnalités, neuf profils, neuf manières de voir le monde. (voir cet article)

Alain Gourhant : Quels sont les éléments supplémentaires qui interviennent pour enrichir la description de chaque base ?

Eric Salmon : Dans notre école dite “de la tradition orale de l’ennéagramme”, nous considérons que chaque homme est unique à sa façon, et qu’aucune grille ne pourra définir qui que ce soit, dans sa complexité et son unicité. Néanmoins, l’ennéagramme offre de bons repères pour mieux comprendre cette complexité intérieure.

Dans ce contexte, une fois posés les neuf archétypes, le système propose une dynamique intérieure sous forme de flèches, qui montrent comment, en plus de ma facette principale, il existe deux autres facettes secondaires. Celles-ci entrent en jeu lorsque le schéma habituel de la facette dominante ne suffit plus à gérer la situation présente. Par exemple, prenons la base 7 caractérisée notamment par la diversité, le mouvement, la recherche du plaisir et la nouveauté. Lorsqu’elle se trouve dans une situation qui dure, elle risque d’avoir du mal à rester concentrée sur un même projet jusqu’au bout. Ses valeurs habituelles l’incitent plutôt à zapper vers autre chose. Mais, en situation dite "de stress", le représentant de ce profil peut sortir de son schéma habituel 7, pour aller vers sa flèche 1. Ainsi, deux semaines avant l'échéance du baccalauréat, ce profil 7, peut incarner un comportement décalé de son schéma habituel et devenir rigoureux, méthodique et discipliné avec nombre des caractéristiques de la base 1. Il ne se reconnaît pas vraiment lui-même dans cette façon d’être, mais en puisant dans cette autre facette, il s’équipe temporairement des qualités utiles pour mener son projet à terme.

Dans une autre situation dite "de sécurité", un architecte en base 7, peut se trouver débordé au milieu d'un projet comportant trop de paramètres différents. Tant qu'il reste sur sa dominante 7, le profil va avoir du mal à gérer la complexité de la situation, mais s'il passe dans sa facette 5, il va pouvoir acquérir les qualités de ce profil et donc, mettre de la distance entre le projet et lui, passer d'un niveau d'excitation intellectuelle à une lucidité plus froide, devenant capable de choix plus justes.

Il y a une autre dynamique, celle des sous-types, sur lesquels vous avez été le premier auteur au monde à écrire un livre...

Les sous-types sont un résumé des pulsions instinctives que l'ennéagramme décline en trois pôles, correspondant à trois pulsions de vie archaïques.

Il y a la pulsion de se nourrir, de se loger, de se vêtir : c'est une pulsion enneagrammed'autoconservation. Il y a ensuite une pulsion sexuelle, qui peut dériver sur différentes formes de "procréation", comme de vouloir laisser une trace sur terre, par exemple, pour les artistes avec leur besoin viscéral de créer et de laisser une œuvre derrière eux. Le troisième instinct est dit grégaire. Il s’agit du besoin vital de faire partie d'un groupe et d'être reconnu au sein de ce groupe. Chacun d'entre nous a ces trois pulsions, mais l’une d’entre elles, ayant été blessée plus que les autres dans l'enfance, va nous inciter, toute notre vie, de manière souvent inconsciente, à vouloir compenser un manque dont on a souffert.

Finalement, on a donc trois modes instinctifs, qui vont se conjuguer avec les 9 bases, pour donner une cartographie en 27 profils et faire de l’ennéagramme une des grilles de lecture de la personnalité les plus subtiles.

Ces trois instincts : autoconservation, sexuel, grégaire, engendrent trois modes comportementaux, que l'on appelle les sous-types et qui sont : le comportement de "survie", le comportement en "tête à tête" et le comportement "social". Ces comportements instinctifs éclairent le fonctionnnement de chaque base. Prenons par exemple le profil 1, dont les valeurs principales sont l'intégrité, la rigueur et la persévérance. Lorsque c'est l'instinct d'autoconservation qui domine, on est dans le sous-type "survie". L'attention et les préoccupations de la personne vont aller vers le monde matériel : chaque chose doit être à sa place, la voiture doit être propre, le vêtement bien repassé… Et la colère pourrait monter, si l’ordre matériel n’était pas respecté ! Lorsque c'est l'instinct sexuel qui domine, on est dans le sous-type "tête à tête". La rigueur et la discipline vont se mettre au service de la relation en "tête à tête" : si j'ai rendez-vous à 20h, au cinéma, je vais mettre beaucoup d'application à être exactement à l'heure et la colère peut surgir si mon partenaire est en retard. Quant au sous-type "social", les préoccupations de la base 1 vont aller vers le respect des règles du groupe. Ainsi, en société, chacun doit connaître les règles et les respecter. La colère du profil 1, sous-type social, peut monter si un conducteur ne respecte pas la vitesse réglementaire. Dans mon livre La Clé de l’ennéagramme, les sous-types (Interéditions), j’évoque aussi le fait que la majorité de nos amis sont probablement du même sous-type que nous.

Est-ce que l'énnéagramme s'occupe de rechercher la situation d'origine dans l'enfance qui a permis au schéma répétitif propre à chaque base de s'installer, ou cela relève-t-il d'une psychothérapie ?

Cela relève d'une psychothérapie. L'ennéagramme va proposer une prise de conscience de "qui je suis" et de "comment je fonctionne actuellement", en proposant à chacun de s'ouvrir à de nouveaux comportements. L'animateur encourage ceux qui le souhaitent à se faire accompagner par ailleurs, pour tout le travail qui concerne la réparation des blessures du passé. Des listes de thérapeutes sont mises à la disposition des participants.

En ce sens, est-ce qu'on peut dire que l'ennéagramme a un point de vue intégratif ?

Oui, pour autant que l’animateur se place dans une philosophie "transpersonnelle". Dans notre pédagogie dite "de la tradition orale" créée par Helen Palmer, nous considérons chaque personne comme intelligente, consciente et responsable de son développement. Le but est d’amener chacun à la prise de conscience de ce qu’il est. De l’aider à devenir davantage lucide de son "travers principal", de progressivement mettre une distance entre une première impulsion et sa réactivité habituelle dans certaines situations. Après, oui, nous mentionnons un certain nombre de disciplines de développement, laissant chacun libre de choisir par lui-même.

L'ennéagramme propose donc une grille de la personnalité en neuf bases, et en trois sous-types. Traite-t-il la question du chemin vers l'unité, pour tous ces profils si complexes et si différents ?

Ce retour à l'unité passe par la reconnaissance de son profil dominant. Il s’agit d’apprendre à nommer mes schémas répétitifs à caractère cognitif et affectif, qui m'entraînent à être trop réactif par rapport à mon environnement. Une fois que j'ai pris acte de ma compulsion dominante, alors je peux progressivement prendre mes distances, renoncer à mon schéma automatique, et essayer d'utiliser des facettes de moi-même plus appropriées et plus justes. C'est une pratique quotidienne, semblable à celle de la méditation, que nous appelons "Développer l’observateur intérieur". Il s’agit de constater de plus en plus tôt si je suis centré ou si je ne le suis pas, considérant qu’être centré, c’est vivre l'unité, ne serait-ce qu’un instant.

Parlons maintenant de l'aspect spirituel de l'ennéagramme.

L'origine de l'ennéagramme est spirituelle. On ne connaît pas exactement les origines du diagramme, mais des pistes sérieuses mènent aux Pères du désert dans la tradition chrétienne, à une congrégation soufie (mystiques musulmans), au philosophe Ramon Lull ; quant au nombre de similitudes entre l'arbre de la Kabbale et l'ennéagramme, il est troublant. Spirituellement, l’idée, c’est que le Divin existe en nous, mais que c'est moi, petit homme prisonnier de mon ego, qui ne suis pas présent à moi-même et donc pas en contact avec Lui. Vu sous cet angle, le chemin spirituel consiste à décoder cet ego, à le désengrammer petit à petit, de façon à être centré de plus en plus souvent et donc ouvert à une autre dimension de moi-même. Cet aspect spirituel est en même temps le grand reproche que l'on fait à l'ennéagramme. Certaines personnes, certaines entreprises ne veulent pas en entendre parler, parce que cela fait partie de son histoire. On emploie alors des étiquettes disqualifiantes en accusant l'ennéagramme d'ésotérisme. Mon point de vue, c’est que, même sans évoquer cette dimension, l’ennéagramme peut faire beaucoup de bien. Le nombre de participants estimant qu’il y a "un avant et un après" la découverte de cet outil, m’impressionne toujours. Pour éviter tout malentendu, je précise en stage que cette grille a surgi à différentes époques, à différents endroits de la planète avec des interprétations spécifiques, et que, pour ma part, je vais parler de l’interprétation transpersonnelle datant de 1970, transmise par le Dr Claudio Naranjo, Helen Palmer, le Dr David Daniels.

Quels sont les différents champs d'application de l'énnéagramme ?

Il y a d'abord le champ du développement personnel, c'est-à-dire acquérir des repères sur "Qui suis-je ?" et des repères sur "Savoir qu’en faire".

Ensuite, le premier champ le plus évident, c'est le champ de l'accompagnement de la personne. Cela va du psychothérapeute, à l'infirmière, au médecin, au coach, à l’accompagnateur spirituel… Ce sont ceux qui prennent des personnes en charge et ont besoin d'outils pour appréhender l’humain dans sa profondeur. Je crois que cet outil est bon pour poser plus vite les bonnes questions, pour aller au delà du masque que présente la personne et clarifier son intériorité afin de lui en faire prendre conscience.

En terme de management, leadership, prise en charge d'équipes, l'ennéagramme est aussi très utile. N'importe quel cadre ayant eu vingt personnes en dessous de lui, va constater très vite que sur les vingt personnes, il y en a quinze avec lesquelles ça va se passer à peu près bien quand il leur parle, et cinq avec lesquelles on ne peut pas se comprendre dans un sens comme dans l'autre. Avant, le chef d'équipe pouvait "virer" les cinq qui ne lui convenaient pas. Aujourd'hui, ça ne marche plus et il va devoir faire avec les vingt. C'est alors que cette grille, permettant de mieux comprendre l’autre en profondeur, va être très utile. On n'est pas dans des techniques artificielles pour l'amélioration de la communication, on se demande qui est l'autre au fond, quelles sont ses motivations, ses valeurs et ses croyances, pour essayer de mieux l’intégrer dans l’équipe.

Après, il y a le secteur de l'éducation et des écoles, où l'ennéagramme se développe aussi. Le professeur va pouvoir déceler plus vite le potentiel de chacun de ses élèves et les accompagner dans ce qu'ils sont en tant qu'enfants. Par exemple, c'est une grille qui va aider à reconnaître si cet enfant est plus un créatif-affectif qu'un intellectuel au fond de lui-même. Cela va permettre au professeur de mieux écouter l'enfant et de le respecter dans son individualité profonde afin qu'il progresse mieux.

Enfin, une autre application est celle de la famille et de la vie de couple : cela peut aider les parents à mieux comprendre leurs enfants, et pour les couples leur permettre de se poser les bonnes questions, de manière sobre et simple, comme par exemple : "De quoi as-tu vraiment peur ? Qu'est-ce qui te met vraiment en colère ? Qu'est-ce que tu aimerais que je reconnaisse le mieux en toi ? Qu'est-ce qui te rendrait le plus triste au fond ?" Avec ce système, je vais pouvoir entendre les réponses en ayant des repères pour les interpréter, de sorte que la vie ensemble aura plus de sens.

Tags: